Répertoires | Facultés | Bibliothèques | Plan campus | Sites A-Z | Mon portail UdeM


PAFEU
AccueilMon parcours de formationEnseignerApprentissage par problèmes

Apprentissage par problèmes

Je me questionne

Je m’informe

Pourquoi utiliser l'apprentissage par problèmes?

L'apprentissage par problèmes (APP) est une méthode qui présente de nombreux avantages pour les étudiants. Plusieurs études démontrent que l'APP favorise la pensée réflexive, la communication en groupe, l'apprentissage tout au long de la vie (Pastirik, 2006), la résolution de problèmes (Hmelo-Silver, 2004; Pastirik, 2006), l'autorégulation et la collaboration, un facteur clé de motivation chez les étudiants (Hmelo-Silver, 2004; MacKinnon, 1999). Les résultats de l'analyse de Dochy et coll. (2003) indiquent que les étudiants se rappellent davantage les connaissances qu'ils ont acquises en se penchant sur le processus d'élaboration des connaissances. Les connaissances acquises au moyen de cette méthode permettent aux étudiants d'appliquer les compétences de résolution de problèmes à d'autres situations (Dochy et coll., 2003; Lohman, 2002). De plus, l'APP serait plus efficace que les méthodes traditionnelles pour préparer les étudiants au milieu du travail (Lohman, 2002; Pastirik, 2006).

Les étudiants observent qu'ils sont plus motivés et plus satisfaits avec l'APP qu'avec la méthode de l'exposé, surtout pour ce qui est de leur expérience de formation, de leur compétence en communication et de l'apprentissage autonome (Cockrell et coll., 2000; Hwang et Kim, 2006). Ils améliorent leur compréhension des contenus étudiés et leur capacité à appliquer de nouvelles connaissances en plus de développer une pensée réflexive (Dochy et coll., 2003).

Qu'est-ce que l'apprentissage par problèmes?

L'APP est une situation d'apprentissage organisée autour de la recherche, de l'explication et de la résolution de problèmes signifiants (Hmelo-Silver, 2004). Cependant, le problème est défini de manière qu'il n'y ait pas qu'une seule solution (Hmelo-Silver, 2004; MacKinnon, 1999). Les étudiants travaillent en petits groupes pour désigner les connaissances à acquérir de façon à résoudre le problème. Le processus d'autorégulation est important pour fixer les objectifs d'apprentissage, planifier le travail, sélectionner les stratégies pédagogiques appropriées, mettre en œuvre le plan de travail, suivre et évaluer le processus ainsi que l'atteinte des objectifs (Moust et coll., 2005). L'enseignant joue un rôle de « facilitateur »1 et guide les étudiants à travers un cycle d'analyse et de synthèse des apprentissages.

Voici les étapes du cycle :

  1. présentation de l'information minimale autour d'un problème complexe;
  2. clarification des concepts et questionnement;
  3. remue-méninges, emploi des expériences et des connaissances antérieures;
  4. élaboration des explications et construction d'une théorie cohérente;
  5. formulation des connaissances à acquérir;
  6. acquisition de connaissances au moyen de recherches individuelles;
  7. partage des données avec l'équipe, intégration des connaissances acquises afin de donner une explication adéquate du phénomène;
  8. vérification des connaissances et évaluation du processus.

Quand utiliser l'apprentissage par problèmes?

Avant de mettre en route une activité d'APP, il est important d'expliquer aux étudiants cette méthode pédagogique et ses étapes. Moust et coll. (2005) conseillent aussi d'informer régulièrement les étudiants des idées théoriques qui appuient l'APP, c'est-à-dire l'acquisition des compétences de travail en groupe, l'autorégulation, la rétroaction et la résolution de problèmes. Cette information vise à aider les étudiants à comprendre le « pourquoi » de cette approche et contribue à accroître leur intérêt à l'égard du cours.

Même si les étudiants constatent l'efficacité de l'APP, il faut leur donner du temps pour s'approprier la méthode et être à l'aise dans un tel environnement d'apprentissage. Si vous voulez apprendre à utiliser l'APP, n'hésitez pas à vous former et à améliorer vos propres compétences à guider une situation d'APP.

Comment utiliser l'apprentissage par problèmes?

L'enseignant comme facilitateur

Le facilitateur joue un rôle critique dans la mise en œuvre de l'APP. En plus d'être un expert du contenu, il doit posséder une expérience de cette approche pédagogique et avoir une bonne connaissance des méthodes en matière de réflexion, de communication en groupe, d'écoute, de résolution de problèmes et de processus d'apprentissage individuels et collectifs (Lohman, 2002). Un facilitateur expérimenté utilise une gamme de stratégies selon les différentes phases du processus de l'APP. Globalement, le rôle du facilitateur est de s'assurer du bon déroulement du processus et de faire en sorte que les étudiants s'engagent dans la tâche. Il agit essentiellement à titre d'observateur et n'intervient qu'en cas de besoin pour ramener la discussion sur le problème à l'étude ou pour rappeler aux étudiants où ils en sont dans la démarche et ce qu'il leur reste à faire avant de passer à la prochaine étape.

L'enseignant doit considérer des stratégies qui permettent aux étudiants de voir ce que donne une intervention par l'APP (situation avant et après). Au fur et à mesure qu'ils avancent dans le processus, les étudiants prennent conscience de ce qu'ils ont à apprendre et de leurs accomplissements (MacKinnon, 1999). Comme facilitateur, l'enseignant se charge de diriger les étudiants à travers les étapes de l'APP et de gérer le progrès du groupe. Lorsqu'un facilitateur soutient les processus d'apprentissage et de collaboration, les étudiants sont capables de construire des connaissances flexibles (Hmelo-Silver, 2004).

Les grands groupes

Pastirik (2006) propose quelques modifications lors de l'utilisation de l'APP en grands groupes. D'abord, il suggère de demander aux étudiants de faire un remue-méninge en petits groupes. L'enseignant joue le rôle d'observateur et circule entre les groupes (Hmelo-Silver, 2004). Chaque groupe choisit un chef et un secrétaire et l'enseignant donne une liste de questions au chef du groupe pour stimuler la discussion et encourager les hypothèses. Ensuite, le remue-méninge se fait en grand groupe. Chaque petit groupe présente ses idées et l'enseignant les écrit au tableau. Hmelo-Silver (2004) suggère l'emploi d'affiches créées par chaque groupe et posées sur les murs de la classe. Puis, l'enseignant remet en cause les hypothèses en questionnant les étudiants pour vérifier les apprentissages. L'objectif est de fournir une synthèse des connaissances lacunaires. Finalement, l'enseignant donne des devoirs à chacun parce que chaque étudiant est responsable de la recherche d'information pour le cours suivant. L'information recueillie pourrait être partagée au moyen d'un site Web qui permet à tout le monde d'y avoir accès et de faire des critiques.

Le retour sur le processus et les apprentissages

Après que les étudiants se sont immergés dans une situation d'APP, l'enseignant effectue un retour sur le traitement du contenu, ce qui permet aux étudiants de réfléchir sur le processus, l'organisation et l'application des apprentissages réalisés. Ce retour joue également un rôle d'intégration et de clarification. À ce moment-là, l'enseignant pourrait informer les étudiants des dernières idées dans le domaine et susciter ainsi leur intérêt. Les étudiants qui résolvent les problèmes, puis participent ensuite à une rétroaction sur le processus réussissent mieux à la longue à une tâche de résolution de problèmes que ceux qui lisent seulement un texte ou ceux qui résolvent uniquement les problèmes (Hmelo-Silver, 2004) sans participer à une rétroaction sur le processus.

1. Le mot "facilitateur" est calqué de l'anglais "facilitator".

Références consultées