Répertoires | Facultés | Bibliothèques | Plan campus | Sites A-Z | Mon portail UdeM


PAFEU

Ressources

Animer un débat

Je me questionne

Je m’informe

Pourquoi recourir au débat?

L'utilisation du débat en classe présente des avantages pour les enseignants et les étudiants. Il s'agit d'une façon d'engager activement les étudiants dans leur apprentissage. Ainsi, ils pourront acquérir une meilleure maîtrise du contenu, incluant la définition du problème, l'évaluation des sources et la remise en question des concepts (Crone, 1997; Kennedy, 2007). Cette acquisition se fait progressivement grâce à l'explicitation des idées ainsi qu'au développement, à l'organisation et à la présentation des arguments. Il s'agit d'une autre forme d'expression cherchant à développer l'esprit critique et argumentatif chez les étudiants. Le débat offre donc l'occasion de changer le rythme d'apprentissage du cours (Crone, 1997).

De quoi s'agit-il?

Le débat est un exercice intellectuel conviant les étudiants à faire valoir le bien-fondé de leur position sur une question (Chial et Riall, 1994). Il permet non seulement d'acquérir de nouvelles connaissances, mais également de développer l'esprit critique. En effet, durant un débat, les étudiants apprennent à écouter les arguments de leurs pairs afin de se former une opinion et d'émettre la leur ainsi qu'à considérer de multiples points de vue avant de prendre position. Les étudiants apprennent à argumenter efficacement tout en respectant l'opinion des autres.

Dans un débat, les étudiants peuvent poursuivre des objectifs différents. Pour certains, le débat leur permettra de se situer relativement à une question; pour d'autres, il s'agira d'une occasion de persuader leurs pairs de se rallier à leur idée (Kennedy, 2007). Défendre son point de vue doit se faire dans le respect d'autrui et des règles de fonctionnement établies avant même de commencer le débat.

Quand recourir au débat dans mon enseignement?

Avant le début du cours, l'enseignant peut :

Dès le premier cours, l'enseignant peut :

Durant les débats, l'enseignant peut :

Un exemple d'utilisation

Au Département de sciences biologiques de l'UdeM, le professeur Pierre-Paul Harper a utilisé le débat dans son cours de bioéthique (BIO 3002), ses groupes étant généralement constitués de 250 à 300 étudiants (voir le Bulletin CEFES no 8).

La formule était la suivante :

Comment organiser un débat?

Il existe plus d'une façon de débattre dans le contexte de la classe. Certaines formes de débat sont plus appropriées que d'autres selon l'environnement physique ou la matière enseignée.

  1. Les quatre coins (four corner debate) : L'enseignant énonce une affirmation sur un sujet donné. Les étudiants prennent position sur cette affirmation et se dirigent vers l'un des quatre coins de la classe selon qu'ils sont totalement en accord, en accord, en désaccord ou totalement en désaccord avec l'énoncé. Les étudiants dans le même coin travaillent ensemble pour présenter des arguments soutenant leur position. Chaque groupe défend ensuite sa position. Les étudiants peuvent changer de coin si leur opinion change. Chaque groupe écrit un paragraphe résumant les quatre arguments les plus solides selon eux (Kennedy, 2007).
  2. Jeux de rôle (role play debate) : L'enseignant assigne un rôle aux étudiants, individuellement ou en petits groupes, représentant une partie prenante dans un enjeu particulier. Chacun doit défendre la position de la partie qui lui a été attribuée. Le jeu de rôle peut être fait également par l'enseignant. Par exemple, il pourrait porter un chapeau différent pour symboliser les diverses positions idéologiques (Kennedy, 2007).
  3. Le débat Lincoln-Douglas (Lincoln-Douglas debate) : Une personne en confronte une autre (comme dans les débats politiques). Le temps alloué à chaque partie est limité afin que chacune puisse présenter son argument de départ, réfuter les objections de son opposant et conclure son argumentation (Kennedy, 2007).
  4. Le bocal (fishbowl debate) : L'enseignant divise la classe en deux groupes. Chaque groupe doit formuler des arguments selon la position qui lui est assignée. Après les présentations de chacune des parties, le débat commence. Mais l'enseignant peut aussi diviser la classe en trois, deux groupes d'experts placés face à face et le troisième groupe constitué par le reste des étudiants. On conseille dans ce cas de mettre les chaises en rond (Kennedy, 2007).
  5. Pense seul, à deux (think pair share debate) : Les étudiants réfléchissent sur un énoncé et prennent des notes individuellement. Ils travaillent ensuite avec un collègue afin de dresser une liste commune de raisons pouvant soutenir la position des deux parties. Ils doivent parvenir à un consensus au sujet d'une position qu'ils veulent défendre. Ils partagent cette position avec deux autres collègues. Ils effectuent le même processus. Chaque groupe de quatre étudiants partage sa conclusion et les arguments la soutenant avec le reste de la classe (Kennedy, 2007).
  6. Lieux de rencontre (meeting-house debate) : À tour de rôle, les équipes donnent leur argument de départ. Le reste de la classe interroge les participants ou formule des commentaires. L'enseignant joue le rôle du modérateur. Il s'assure que chaque participant reçoit le même nombre de questions. Chaque participant présente un argument de conclusion (Kennedy, 2007).
  7. Résolution de problèmes (problem-solving debate) : Huit étudiants, quatre de chaque côté de la classe, débattant une question. Dans chaque équipe, deux étudiants présentent les aspects historique et psychologique du cas; deux autres expliquent si les changements sont ou non justifiés; chaque équipe résume sa (Kennedy, 2007).
  8. Débat panel (panel debate) : L'enseignant demande aux étudiants de lire un chapitre de livre. Il expose trois points de vue politiques; il invite les étudiants à choisir trois ou quatre points de vue qu'ils voudraient défendre devant la classe. Il met le nom de tous les étudiants dans un chapeau et en tire un au hasard. Ce premier étudiant choisit la position qu'il veut défendre. Trois autres étudiants seront ainsi tirés au sort; un modérateur est désigné par l'enseignant pour mener le débat. Le modérateur introduit la problématique à débattre. Il peut poser une question à l'un des étudiants choisis ou une question générale aux trois; le reste de la classe peut également poser des questions aux panélistes; les participants réagissent aux propos émis et interviennent pour pousser la réflexion plus loin. Durant les cinq dernières minutes du cours, l'enseignant demande aux panélistes et au modérateur de sortir de leurs rôles respectifs afin de résumer le débat (Crone, 1997).
  9. Le débat contradictoire (Split-class debate) : L'enseignant divise la classe en deux groupes. Il écrit deux points de vue opposés au tableau. Les étudiants devront défendre l'un ou l'autre selon le côté où ils se trouvent dans la classe. Après le débat, l'enseignant résume ce qui s'est passé pendant le débat (Crone, 1997).

Comment évalue-t-on un débat?

Les débats en classe peuvent être évalués selon leurs diverses composantes. L'enseignant doit d'abord se demander s'il évaluera seul le débat ou si l'évaluation se fera en groupe. Donnera-t-il une rétroaction ou incitera-t-il les étudiants à le faire? Ces éléments devraient être communiqués aux étudiants dès les premiers cours (Kennedy, 2007).

En vue de noter les étudiants, l'enseignant peut :

Références consultées